De l'amour de la mort à la mort prématurée

Il ne s'agit rien de moins que l'assassinat de la vie humaine. Une telle vision, pour citer Erich Fromm,[1] can only be the outcome of “severe mental sickness”, one which he called “the syndrome of decay”, or “love of death”, and “which can be said to be the essence of true evil”, at the “root of the most vicious destructiveness and inhumanity”. It is one of the “gravest forms” of pathological addiction to money for its own sake, beyond any threshold making it redundant: for first and foremost the totally dehumanized are these addicts, much more than any of their victims. Every effort then has to be made to destroy life, both human and non-human. For life becomes unendurable, like light for those too long in the dark. And as in other forms of insanity every waking thought is focused to an abnormal degree on how to bring about destruction. Hence the most unthinkable forms of coercion and of “the manipulation of the human tendency to trust and accept representations at face value”[2] ont été conçues et appliquées. Depuis 2010, l'équipe Behavioural Insight s'est développée pour devenir "une entreprise mondiale à vocation sociale avec des bureaux dans le monde entier".[3] Le dernier en date a été inauguré à Paris le 27 octobre 2020. Au Royaume-Uni, la Nudge Unit, comme on l'appelle, travaille actuellement "en étroite collaboration avec le ministère de la Santé et de l'Aide sociale".[4] Ailleurs, des équipes similaires, qui "ont proliféré dans le monde entier", sont tout aussi actives.[5]

Que ce soit avec leur aide ou non, la maîtrise de l'illusion d'un problème induisant une panique, ou dans le langage plus subtil du site Web de Bridgespan, "un nouveau domaine"[6] to bring about the planned solution presented as unique and logical is a well-tried method of manipulation. This we saw was the case with the development of the synthesis of ammonia by creating the groundless fear of unsustainable population growth. This was also the case regarding Rockefeller’s Polio vaccine campaign. In these two instances, the solution proposed in effect caused the problem, which could then be claimed as evidence of its existence. Today, an elaborate variant of Rockefeller’s method is at work. Building on the fear of contagious epidemics generated over the centuries, and fueling this fear through multiple means, the policies applied are of a nature to provide the excess morbidity and mortality that can then be said to be due to covid-19, but in the present case, unlike polio, there is no Covid-19 in the first place. Indeed it is liable to trigger multiple physical and mental illnesses, and not just from measures inducing an inhuman unhealthy lifestyle. Fear alone, known to be “a risk for our health and well-being”[7] à la fois directement et indirectement, est diversement alimentée : "Menaces de mort" par un supposé virus, "menaces d'isolement sans fin" si la population ne se comporte pas correctement et ne respecte pas les mesures, "menaces vagues" d'un avenir effrayant de pandémies incessantes, d'une "nouvelle normalité", menaces de pertes financières et de moyens de subsistance. Que la peur soit justifiée ou non n'a pas d'importance puisque c'est la perception qui compte. La peur peut déclencher des comportements nuisibles à notre survie, notamment la mère de toutes les peurs, la peur de la mort, qui, comme nous l'avons déjà fait remarquer, est paradoxalement d'autant plus grande que l'indifférence à la vie est importante.

This is precisely what is happening now. The extraordinary daily ritual chanting of the number of deaths from an illusory virus whose detection has so far evaded us, together with measures aiming to isolate, has induced a fear of all fellow human beings, including kith and kin, or at least the conviction that we need to keep away from each other for the common good, to save the vulnerable, to save ourselves. Hence, out of fear for ourselves or others, the majority are participating in worsening the health of everyone, and therefore in bringing about their demise, including possibly their own, yet oblivious they are doing so. The very instinct which makes a human stretch out his hand to someone falling is being eroded both metaphorically and literally. Those in need of help are left unattended, including by those whose vocation is to care, in particular medical staff. Fear is leading all too many to hospitals, misdiagnosed with covid-19 by the logical nonsense of tests, a positive outcome to which is used as the definition of the disease, and thus of possibly receiving a wrong treatment. For a treatment protocol elaborated for a non-identified disease is questionable. The same holds for vaccines, which fear is also making all too many seek.

Les personnes âgées ont trop peur de rencontrer leurs enfants et petits-enfants, tandis que les jeunes générations ont peur de provoquer la mort de leurs aînés. Par conséquent, les personnes âgées se retrouvent dans la solitude la plus totale et les jeunes sont privés de leur présence affectueuse. Cela en soi garantit des problèmes de santé.

La politique actuelle, en jouant sur la peur, a contribué à l'obeissance. On sait que[8] that inducing illness “weakens mental and physical abilities to resist”, that isolation, alone or in a group within a “barren environment” where “movement is “restricted”, where man is cut off from all the usual activities that have been part and parcel of his life from time immemorial, “the victim becomes dependent on him [the torturer] as the sole source of support”, that a circle of threats and of “occasional unpredictable brief respites” from some of the measures, or “promises” of the return of some but not all liberties, of “[r]ewards for partial compliance” or “favours”, such as the limited right to go on summer holidays, but with restrictions, together with the “enforcement of minute rules” such as incessant hand-washing “develops habit of compliance”, that omnipotence over the fate of an individual, the control of not just his present but also of his future, “suggests futility of resistance”, that “demeaning punishments”, “insults and taunts”, or “denial of privacy” as surveillance becomes more pervasive through track-and-trace methods, as ordinary citizens merely trying to live a human life are fined or arrested, their homes broken into if need be, even verbally abused both by the police and other victims, who as a result of such psychological harassment identify with their torturers, or try to propitiate them, and thus “sustain” themselves to various degrees by their “hatred” of fellow victims on whom they have shifted the responsibility for their suffering, that “mysterious changes of behaviour”, sometimes harsh, sometimes infantilizing, sometimes enticing, “cultivate anxiety & despair”, that the illogical discourse and actions such as the variability of the distance in “social distancing” and of the quarantine period according to countries – even neighbouring ones – implying a virus has the human capacity to change its behaviour as it crosses border, depletes the capacity to reason and distinguish between truth and untruth.

La vraisemblance des illogismes et contre-vérités est assurée par des médecins et des professeurs en sciences et autres disciplines - des personnes ayant de nombreuses lettres après leur nom - qui sont les porte-parole des décisions prises et dont le travail fournit l'alibi nécessaire pour dissimuler la véritable intention.

En ce qui concerne la science, cela fait un moment qu'elle s'est transformée en dogme, donnant naissance à un nouveau credo, un ensemble de principes qui se réclament de la science, mais qui n'en présentent pas les caractéristiques, en particulier qui ne reposent pas sur un raisonnement fondé sur l'observation, reproduite et reproductible. Elles doivent donc être prises pour argent comptant. Selon Richard Horton, rédacteur en chef de la prestigieuse revue The Lancet"Une grande partie de la littérature scientifique, peut-être la moitié, est tout simplement fausse. Affligée par des études portant sur trop peu d'échantillons, des effets négligeables, des analyses exploratoires invalides et des conflits d'intérêts flagrants, ainsi que par l'obsession de suivre des tendances à la mode d'une importance douteuse, la science a pris un virage vers l'obscurité."[9] It is difficult enough for the scientifically literate to distinguish science from the creed, let alone for the uninitiated who are kept in awe and told it all is beyond their understanding, only a matter of experts, obscuring any connection they may have to vested interests. Language we saw has long been used to deflect attention and to dupe, notably by discrediting rational critics as believers in conspiracies, but it is especially the case concerning the edicts of this creed. They are shrouded in the mysticism of mathematics, the latter having replaced Latin as the language of the Cognoscente. By “using technical jargon”, the simple is made to look complicated, the absence of solid foundations for a theory is obscured, and attention is diverted from the basic questions.[10]

Il est certain que si des chercheurs, journalistes, médecins, infirmiers, enseignants, policiers, prêtres, employés de bureau, de simples citoyens participent à ce processus de destruction, délibérément ou inconsciemment, c'est dans une certaine mesure par peur des représailles, par peur de révéler être différents de leur sphère sociale et professionnelle. Il est plus facile de "se conformer .... que de risquer les conséquences d'une remise en question de l'objectif ou de la légitimité de l'information".[11] Néanmoins, l'indifférence à la vie, la perte d'identité, la réification, étaient déjà des problèmes majeurs, dont l'individu est peu conscient de souffrir, et donc d'autant plus une victime facile de ce niveau de maltraitance psychologique. Le degré de participation d'un individu révèle à quel point il a été infecté par le "syndrome de la déchéance", à quel point son système immunitaire mental et physique est déjà altéré et incapable de lutter contre sa propre déshumanisation - la pollution, les médicaments et les vaccins jouant probablement un rôle dans l'altération des capacités de réflexion et des instincts de survie.

La réaction de la majorité a maintenant mis en évidence toutes les implications d'un homo consumens réifié en quoi homo sapiens a été transformé : la réification signifie la perte de la sagesse, de tout sens de ce qu'est la sagesse, et de tout désir de sagesse. Une chose ne peut pas penser, n'a aucun sens de la vie, ni de la mort.

Ainsi, un monde virtuel créé par le biais de machines a fini par être perçu comme la réalité. Cela explique aussi, dans une certaine mesure, l'acceptation facile de la fiction d'une pandémie : notre perception sensorielle nous dit qu'il n'y a pas des quantités de cadavres, ni de personnes tombant gravement malades, mais il y en a sur l'écran de télévision ou de l'ordinateur. L'ampleur de la confusion entre virtualité et réalité a été révélée par l'acceptation et plus encore l'enthousiasme ou l'absence trop fréquente de prise de conscience des maux d'une vie virtualisée, d'une pratique chorale ou orchestrale virtualisée, chacun isolé dans sa chambre, de fêtes virtualisées, chacun s'enivrant seul chez soi, de funérailles virtualisées qui ont fait de la mort un spectacle lointain.

Nous avons trop facilement oublié que les émotions ne peuvent être transmises à travers un écran d'ordinateur, que les rencontres dans la vie réelle échappent à toute analyse, que les réactions sont influencées par d'innombrables facteurs indescriptibles. Ceux-ci influencent de manière critique les décisions politiques et professionnelles. Au cours des dernières années, des crises ont été désamorcées grâce à une lien humaine insondable et improbable engendré entre dirigeants. À l'heure où nous sommes capables de détruire notre espèce en appuyant simplement sur un bouton, les rencontres physiques sont plus que vitales. Quant aux arts, il s'agit d'un échange réactif continu, au-delà du visuel, au-delà du verbal, entre les interprètes et le public ; de même entre enseignants et étudiants, médecins et patients.

Les interactions en ligne ne peuvent remédier au retranchement des familles à leur plus petite unité. À part exercer une pression sur leur cohésion, cette situation brise la continuité des cultures et traditions humaines millénaires transmises de génération en génération.

C'est tout le tissu humain qui se déchire. Depuis les temps immémoriaux où l'homme est devenu "conscient de son propre moi", il a également été "conscient d'un mystérieux esprit d'unité qui se retrouve à travers lui dans sa société", le "subtil moyen de relation entre les individus, sans but utilitaire".[12] It is mirrored by human history, which by and large is the record of the expansion of mankind’s consciousness from the individual to the family, to the tribe, to the village, and so on – a consciousness very different from globalization. The latter ideal, like narrow parochialism with its rejection of others and its focus on differences, leads not to a collective consciousness where the individual gains in dignity and significance within a diversity of cultures but to a uniformity where he loses his identity, and whose ultimate outcome is the death of the collective, perforce of the individual. If we ignore or harm this primeval consciousness through enforced isolation and fear, if we ignore or harm our humanness, if we continue to confuse death with life, if we remain silent to our own assassination, the consequences for us may well be severe, if not fatal. We cannot alter the principles underlying life, but can make ourselves incompatible with them, and therefore precipitate our end.

Il se peut que les mesures d'isolement donnent l'illusion aux équipes chargées de l'étude du comportement que les méthodes scientifiques peuvent être appliquées à la sphère humaine, car cela revient à tenter de transformer le monde en laboratoire et les populations en cobayes, où les autres variables peuvent être contrôlées. Or, il est bien connu que même le modèle physique idéal le plus simple est empreint d'imprévisibilité. Par conséquent, même si l'humanité, même si la vie, n'est rien d'autre qu'une machine, elle est d'une complexité, et donc d'une imprévisibilité, qui dépasse l'entendement, a fortiori celui des humains réifiés et irréfléchis. Et au cas où la vie, et donc les humains, seraient plus qu'un mécanisme dénué de sens, alors toute tentative de détruire ce que l'homme ne peut détruire est vouée à l'échec.

  1. Fromm, E. 1964. The Heart of Man: His Genius for Good and Evil. New York: Harper Collins. p. 57
  2. https://fidelitylaw.org/journals/volume-xxii/section-iii/
  3. See 2.
  4. https://www.instituteforgovernment.org.uk/explainers/nudge-unit
  5. https://www.bi.team/international-approaches-to-applying-behavioural-insights-europe-and-the-americas/
  6. https://www.bridgespan.org/insights/blog/transformative-scale/when-building-a-field-means-a-new-organization
  7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5241909/
  8. https://www.amnesty.org/download/Documents/204000/act400011973eng.pdf
  9. Horton, R. 2015. “Offline: What is medicine’s 5 stigma?”. The Lancet 385 (9976): 1380.
  10. Ray T. and U. Ray 2020. On Science: Concepts, Cultures, and Limits. London: Routledge.
  11. https://fidelitylaw.org/journals/volume-xxii/section-iii/
  12. Tagore, R. 1931. The Religion of Man: The Hibbert Lectures for 1930. New York: Macmillan. p. 141